Prochains concerts

Abbaye de la Clarté Dieu

Le 22 octobre 2017

 

Vendredi 27 octobre à 20 h 30 - Match d'improvisation Théâtrale

Actualités

Festival 2017

Programmes et reportages (en cours),

faire défiler la page

CONCERT EXCEPTIONNEL

Samedi 17 juin 2017

Concerts de jazz et musiques du monde

Des extraits vidéo du concert ici

Compteur de visites

-

 

Festival de la Clarté Dieu 2017

 

Voir tous les détails des programmes ci-dessous.

 

Les reportages photos et vidéos (en cours de réalisation)

30 juin : vidéo de 20mn en ligne.

 

******************

 

Vendredi 30 juin 2017

CONCERT LECTURE – « Lettres de musiciens ». Marie Christine Barrault, récitante et Nicolas Boyer, piano.

 

Sublime concert lecture vendredi soir, Marie Christine Barrault a joué ces textes avec Nicolas Boyer au piano entre chacun d'entre eux, le public était ravi, enchanté, enthousiaste ...

La "Goulée des convers", offerte après le spectacle a permis aux artistes de discuter, échanger avec le public, Marie Christine nous a raconté des anecdotes de sa vie de lectrice et actrice dans maints endroits prestigieux avec gentillesse, générosité et simplicité ... la soirée s'est prolongée avec bonheur.

 

 

(Le texte de Éric Satie, Éloge des critiques, qui a beaucoup amusé tout le monde, est mis en ligne à la suite du programme détaillé du 30 juin, ci-dessous. voir aussi la vidéo)

 

 

 

Éloge des critiques de Éric Satie

 

"Ce n'est pas le hasard qui m'a fait choisir ce sujet. C'est la reconnaissance, car je suis aussi reconnaissant que reconnaissable.

J'ai fait l'an dernier, plusieurs conférences sur « l'Intelligence et la Musicalité chez les Animaux ».

Aujourd'hui je vous parlerai de 1'« Intelligence et la musicalité chez les Critique ». C'est à peu près le même thème, avec modifications, bien entendu.

Des amis m'ont dit que ce sujet était ingrat. Pourquoi ingrat ? Il n'y a là aucune ingratitude ; du moins, je ne vois pas où elle se tient : Je ferai donc froidement l'éloge des critiques.

On ne connaît pas assez les critiques ; on ignore ce qu'ils ont fait, ce qu'ils sont capables de faire. En un mot, ils sont aussi méconnus que les animaux ; bien que, comme ceux-ci, ils aient leur utilité.

Oui, ils ne sont pas seulement les créateurs de l'Art critique, ce Maître de tous les Arts, ils sont les premiers penseurs du monde, les libres-penseurs mondains, si l'on peut dire.

Du reste, c'est un critique qui posa pour le «  penseur » de Rodin. J'ai appris ce fait par un critique, il y a quinze jours, trois semaines au plus. Cela m'a fait plaisir, beaucoup de plaisir. Rodin avait un faible pour les critiques, un grand faible…

Leurs conseils lui étaient chers, très chers, trop chers, hors de prix.

Il y a trois sortes de critiques : ceux qui ont de l’importance ; ceux qui en ont moins ; ceux qui n'en ont pas du tout. Les deux dernières sortes n'existent pas : tous les critiques ont de l'importance…

*

Physiquement le critique est d'aspect grave, c'est un type dans le genre du contrebasson. Il est lui-même un centre, un centre de gravité. S'il rit, il ne rit que d'un œil, soit du bon, soit du mauvais. Toujours très aimable avec les Dames, il tient les Messieurs à distance, tranquillement. En un mot, il est assez intimidant, bien que très agréable, à voir. C'est un homme sérieux, sérieux comme un Bouddha, un boudin noir, évidemment. La médiocrité, l'incapacité, ne se rencontrent pas chez les critiques. Un critique médiocre, ou incapable serait la risée de ses confrères ; il lui serait impossible d'exercer sa profession, son sacerdoce, veux-je dire, car il lui faudrait quitter son pays même natal ; et toutes les portes lui seraient fermées ; sa vie ne serait plus qu'un long supplice, terrible de monotonie.

L'Artiste n'est qu'un rêveur, en somme ; le critique, lui, a la conscience du réel, et la sienne, en plus. Un artiste peut être imité ; le critique est inimitable, et impayable. Comment pourrait-on imiter un critique ? Je me le demande. Du reste, l'intérêt serait mince, très mince. Nous avons l'original, il nous suffit. Celui qui dit que la critique était aisée n'a pas dit quelque de bien remarquable. C'est même honteux d'avoir dit cela : on devrait le poursuivre, pendant au moins un kilomètre ou deux.

L'homme qui écrivit une telle chose. Peut-être le regretta-t-il, ce propos ? C'est possible, c'est à souhaiter, c'est certain.

*

Le cerveau du critique est un magasin, un grand magasin.

On y trouve de tout : Orthopédie, sciences, literie, arts, couvertures de voyage, grand choix de mobiliers, papiers à lettres français et étrangers, articles pour fumeurs, ganterie, parapluies, lainages, chapeaux, sports, cannes, optique, parfumerie, etc… Le critique sait tout, voit tout, dit tout, entend tout, touche à tout, remue tout, mange de tout, confond tout, et n'en pense pas moins. Quel homme !! Qu'on se le dise !!! Tous nos articles sont garantis !!! Pendant les chaleurs, la marchandise est dans l'intérieur !!! Dans l'intérieur du critique !! Voyez !! Rendez-vous compte, mais ne touchez pas !!! C'est unique. Incroyable.

Le critique est aussi une vigie, une bouée, peut-on ajouter. Il signale les récifs qui bordent les côtes de l'Esprit Humain. Près de ces côtes, de ces fausses côtes, le critique veille, superbe de clairvoyance de loin, il a un peu l'air d'une borne, mais d'une borne sympathique, intelligente.

Comment parvient-il à cette haute situation, à cette situation de bouée, de borne ?

Par son mérite, son mérite agricole et personnel. Je dis « Agricole », parce qu'il cultive l'amour du Juste et du Beau. Nous arrivons à un point délicat. Les critiques sont recrutés au choix, comme les produits dits de choix, extra-supérieurs, de première qualité.

C'est le Directeur d'un journal, d'une revue ou de tout autre périodique, qui découvre le critique nécessaire à la bonne composition de sa rédaction. Aucune recommandation ne peut agir. Il le découvre à la suite d'un sévère examen, d'un examen de conscience. Cet examen est très long et très pénible, aussi bien pour le critique que pour le Directeur. L'un interroge ; l'autre se méfie. C'est une lutte angoissante, pleine d'inattendu. Toutes les ruses sont employées de part et d'autre. Enfin, le Directeur est vaincu. C'est ce qui arrive ordinairement si le critique est de bonne race, et si son entraînement a été soigneusement conçu. Le Directeur est absorbé, résorbé par le critique.

Il est rare que le Directeur en réchappe.

*

Le vrai sens critique ne consiste pas à se critiquer soi-même, mais à critiquer les autres ; et la poutre que l'on a dans l'œil, n'empêche nullement de voir la paille qui est dans celui de son voisin : dans ce cas, la poutre devient une longue-vue, très longue, qui grossit la paille d'une façon démesurée.

*

On ne saurait trop admirer le courage du premier critique qui se présenta dans le monde. Les gens grossiers de la Vieille Nuit des Temps durent le recevoir à grands coups de soulier dans le ventre, ne se rendant point compte qu'il était un précurseur digne de vénération. A sa manière, ce fut un héros.

Les deuxième, troisième, quatrième, et cinquième critiques ne furent certainement pas mieux reçus,… mais aidèrent à créer un précédent : l'Art critique se donnait le jour à lui-même. Ce fut son premier jour de l'an. Longtemps après, ces Bienfaiteurs de l'Humanité surent mieux s'organiser ; ils fondèrent des Syndicats de la critique dans toutes les grandes capitales. Les critiques devinrent ainsi des personnages considérables, ce qui prouve que la vertu est toujours récompensée. Du coup, les artistes étaient bridés, soumis comme des chats-tigres. Il est juste que les Artistes soient guidés par les critiques. Je n'ai jamais compris la susceptibilité des Artistes devant les avertissements des critiques. Je crois qu'il y a là de l'orgueil, un orgueil mal placé, qui déplaît. Les artistes gagneraient à mieux vénérer les critiques ; à les écouter respectueusement ; à les aimer, même ; à les inviter souvent à la table de famille, entre l'oncle et le grand-père. Qu'ils suivent mon exemple, mon bon exemple, je suis ébloui par la présence d'un critique, son éclat est tel, que je cligne des yeux pendant plus d'une heure ; je baise la trace de ses pantoufles ; je bois ses paroles dans un grand verre à pied, par politesse. J'ai beaucoup étudié les mœurs des animaux. Hélas, ils n'ont pas de critique. Cet Art leur est étranger ; du moins, je ne connais aucun ouvrage de ce genre dans les archives de mes animaux. Peut-être, mes amis critiques en connaissent-ils un, ou plusieurs. Qu'ils soient assez gentils pour le dire, le plus tôt possible serait le mieux. Oui, les animaux n'ont pas de critiques. Le loup ne critique pas le mouton : il le mange ; non pas qu'il méprise l'art du mouton, mais parce qu'il admire la chair, et même les os du laineux animal, si bon, si bon en ragoût.

Il nous faut une discipline de fer, ou de tout autre métal. Seuls, les critiques peuvent l'imposer, la faire observer, de loin. Ils ne demandent qu'à nous inculquer les excellents principes de l'obéissance. Celui qui désobéit est bien à plaindre, ne pas obéir est bien triste. Mais il ne faut pas obéir à ses mauvaises passions, même si elles nous en donnent l'ordre elles-mêmes. A quoi reconnaît-on que des passions sont mauvaises, mauvaises comme la gale ? Oui, à quoi ?

Au plaisir que l'on prend à s'y abandonner, à s'y livrer, et qu'elles déplaisent aux critiques.

Eux n'ont pas de mauvaises passions. Comment en auraient-ils, les braves gens ? Ils n'ont pas de passions du tout, aucune. Toujours calmes, ils ne songent qu'à leur devoir, corriger les défauts du pauvre monde, et s'en faire un revenu convenable, pour s'acheter du tabac, tout simplement.

C'est là leur tâche. Cette tâche incombe à ces hommes de bons conseils ; parce qu'ils en ont mille pour un, des conseils, des conseils régionaux.

*

Remercions-les de tous les sacrifices qu'ils font journellement pour notre bien, pour notre seul bien ; demandons à la Providence de les protéger contre les maladies de toutes sortes ; de les éloigner des ennuis de tous genres ; de leur accorder un grand nombre d'enfants de toute espèce, qui continuent la leur. Ces souhaits ne peuvent leur faire ni bien ni mal. En tous cas, cela leur fera une belle jambe…….… pour écrire."

ERIK SATIE

 

 

Samedi 01 juillet 2017

 

CONCERT, « Artistes en devenir », Nicolas Boyer, piano ;  Clémence Lévy, soprano colorature et Matthieu Justine, baryton.

 

Quelque images ci-dessous, un extrait en vidéo bientôt.

Nous avons été charmés par ce sublime concert, les voix magnifiques de ces chanteurs, leur mise en scène pleine de fraicheur, d'humour et d'amour. Applaudissements très vifs du public.

Dimanche 02 juillet 2017

 

CONCERT, « Carmen », Eva Gruber, mezzo-soprano ; Christophe Crapez, ténor ;

Vadim Tchijik, violon et Nicolas Boyer, piano.

 

Notre festival s'est achevé sur un Carmen étincelant, acclamé

debout par le public.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Association Les Amis de la Clarté Dieu
© site web, photos et vidéos: Sylviane Monthulé, artiste-plasticienne, contact@sylvemcreations.net
© participation photos: merci à FX. Lebas, Jérôme Delpau

Email